Objets connectés, applications et e-santé

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

67 % des Français trouvent la e-santé utile pour aider les enfants malades, selon un sondage OpinionWay pour Merck*. Dans un article publié sur 20minutes.fr intitulé « Maladies : Comment les applications et objets connectés peuvent aider les enfants à prendre leur traitement ? », Christine Balagué, chercheuse et professeure à Institut Mines-Télécom Business School, évoque en effet l’attente « très forte des patients vis-à-vis du numérique ».

A l’heure où de nouvelles applications en e-santé, dédiées aux enfants, font leur apparition, Christine Balagué met en avant leurs avantages tels que le partage facilité des données entre médecins, parents et enfant et le rôle dans l’éducation pédagogique des jeunes patients.

Selon la chercheuse, il reste toutefois à mesurer les effets de ces objets connectés et applications sur « l’observance du traitement, en quoi cela change la relation entre le médecin et le patient, comment ce dernier vit sa pathologie… ».

La chaire de recherche Good in Tech, dont l’objet est de repenser l’innovation et la technologie comme moteurs d’un monde meilleur pour et par l’humain, s’attache notamment à développer des métriques pour mesurer le caractère responsable d’une innovation. Créée en septembre 2019 par Institut Mines-Télécom Business School, l’Ecole du Management et de l’Innovation de Sciences Po et la Fondation du Risque, cette chaire est soutenue par 5 entreprises engagées sur le numérique responsable : AG2R LA MONDIALE, GROUPE AFNOR, CGI, DANONE, FABERNOVEL et SYCOMORE AM.

*Sondage d’OpinionWay sur 1.067 Français, âgés de 30 à 55 ans, dont 524 parents, constitué selon la méthode des quotas.