Révèle tes talents et découvre tous les métiers du commerce et du management en cliquant ici

logo IMT-BS
MIN_Economie_et_Finance_
MIN_Economie_et_Finance_

Phubbing, quésaco ? Elise Deffain, diplômée IMT-BS, nous l’explique

Phubbing, what’s it all about?

« Le phubbing, mot-valise anglais formé à partir de phone (« téléphone ») et de snubbing (« snober, ignorer ») est l’acte d’ignorer des personnes physiquement présentes en consultant son téléphone plutôt que de communiquer avec elles. » (wikipedia.org)

Elise Deffain, diplômée de la majeure BIS (promotion 2019), a présenté ce phénomène lors du colloque Eco Campus 4, qui s’est tenu du 5 au 7 novembre 2019, dans un poster intitulé « Phubbing amongst higher education students : A call for developing policies for sustainable development through appropriate technology usage ». Elle y expose les conséquences de cette pratique sur les étudiants et sur leurs études. Ses travaux, dirigés par Anuragini Shirish, enseignante-chercheure au département TIM, renvoient à l’Objectif de Développement Durable n°4 : Éducation de qualité. Nous avons rencontré Elise Deffain.

Pouvez-vous nous donner votre définition du « phubbing » et nous expliquer les causes de ce comportement chez les individus ?

Le terme phubbing est né en 2012. Il existe de nombreuses explications à ce phénomène : l’addiction à Internet, le fait d’être soi-même victime de phubbing… Pour mes travaux, présentés lors du colloque Eco Campus 4, je me suis concentrée sur une des causes du phubbing chez les individus : la peur de manquer une information, qui les pousse à être constamment connectés et à consulter en permanence leur téléphone.

Vous avez choisi d’étudier la population étudiante, pourquoi ?

La population étudiante est particulièrement touchée par le phubbing. Les étudiants sont des Digital Natives : ils ont toujours connu le smartphone. Etant moi-même étudiante au moment où j’ai réalisé mes recherches, j’ai pu entrer en contact facilement avec des étudiants pour comprendre ce phénomène. 140 personnes ont répondu à l’enquête qui m’a permis de mener ces travaux ! Un tel résultat n’aurait sans doute pas été possible avec une autre population cible.

Quelles sont les conséquences de cette pratique pour les étudiants ?

Les conséquences sont nombreuses et toutes ne sont pas encore connues. Chez certains, le phubbing conduit à une dégradation des relations interpersonnelles et à une perte de lien social (isolement, mal-être, perte de confiance en soi…). Et bien sûr, le phubbing peut avoir des conséquences sur la réussite des études : les étudiants perdent en concentration dès lors qu’ils posent leurs yeux sur leur téléphone.

Quelle conclusion tirez-vous de vos travaux de recherche ?

Cette étude est intéressante pour les enseignants, qui se doivent d’éduquer mais aussi d’être éduqués en ayant conscience de ce phénomène. Il ne s’agit pas, à mon sens, de trouver des solutions pour lutter contre le phubbing mais bien d’avancer avec cette nouvelle pratique.

A propos du colloque Eco Campus

Les colloques « Eco-campus », initiés en 2012 par la Conférence des Présidents d’Université et la Conférence des Grandes Ecoles, ont pour ambition de présenter les initiatives en matière de responsabilité sociétale des établissements d’enseignement supérieur, au niveau européen.

Denis Guibard, directeur d’Institut Mines-Télécom Business School et président de la commission DD&RS de la CGE précise dans une récente interview pour Newstank que « ces évènements consistent à rappeler que l’enseignement supérieur, et particulièrement les établissements, ont un rôle majeur à jouer en matière d’environnement, de développement durable et de RSE ».

Articles récents

Suivez-nous