Les plateformes digitales d’aide aux personnes en situations de handicap leur rendent-elles réellement service ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Les plateformes digitales d’aide aux 
Personnes en Situations de Handicap leur rendent-elles 
réellement service

Depuis une vingtaine d’années l’humanité est entrée dans une “ère digitale”, dont les plateformes sont devenues une des pierres angulaires. Alors que nombre d’entre elles -Amazon, AirBnB ou BlaBlaCar- ont émergé dans le but de conquérir, créer ou renouveler de nouveaux marchés dans une perspective de recherche de profits, d’autres ont été développées pour transformer la société. Ces plateformes, également appelées Innovations Sociales Numériques (ISN), proposent des solutions à des problèmes sociétaux non résolus jusqu’alors.

De multiples plateformes digitales destinées aux personnes en difficulté ont été créées ces dix dernières années. Elles visent à apporter des réponses à l’exclusion sociale, aux inégalités, au manque de transparence ou à la production et à la consommation responsable et durable.


Müge Ozman et Cédric Gossart, professeurs à IMT-BS, ont mené une investigation poussée sur les innovations sociales numériques (ISN) afin de nous aider à comprendre les ressorts de ces plateformes digitales à finalité sociale. En focalisant leur étude sur l’inclusion sociale, économique et politique des personnes en situation de handicap (PSH), ils ont montré que les technologies digitales sont de formidables moyens d’accroître l’impact de ces initiatives.

Si vous êtes intéressé par une carrière professionnelle dans des entreprises technologiques, et que vous souhaitez également contribuer à la construction d’un monde meilleur, la question à laquelle sont arrivés nos chercheurs vous intéressera: les plateformes destinées à améliorer l’inclusion des personnes en situation de handicap (PSH) sont-elles efficaces pour atténuer sur le long terme les barrières liées au handicap?

Les innovations sociales numériques (ISN) permettent-elles de transformer la société?

Qu’une innovation améliore grandement la vie des PSH ne signifie pas que cette innovation soit transformative. Pour être véritablement transformatives ces ISN doivent en effet remodeler les pratiques, les croyances et les routines qui ont initialement engendré ces problèmes. En d’autres termes les ISN transformatives sont comparables aux traitements médicaux qui permettent au patient de guérir de sa maladie plutôt que d’en soulager les symptômes.

Afin d’évaluer si une plateforme digitale d’aide aux PSH est bien transformative, les deux enseignants-chercheurs d’IMT-BS suggèrent de répondre aux questions suivantes : la plateforme étudiée permet-elle de réduire les barrières liées au handicap dans certaines pratiques sociales ? Ce faisant, crée-t-elle de nouvelles barrières, sous des formes différentes ? A-t-elle le potentiel pour remodeler les dualismes existants entre les personnes “normales” et les PSH ? Comment aide-t-elle les PSH à surmonter leurs difficultés quotidiennes ?

Nous vous proposons de comprendre cette problématique à travers deux exemples courts mais éclairants


Mon-Copilote.com : plateforme de co-trajet

Mon-Copilote.com propose des compagnons de trajet aux personnes dans l’incapacité de se déplacer seules. Besoin d’assistance physique, sentiment d’insécurité : l’absence d’accompagnement est la barrière la plus couramment citée qui prive les PSH d’activités touristiques. Mon-Copilote répond à la principale difficulté des PSH qui ont les moyens de voyager et qui sont capables de se servir des outils numériques.


Mais cette plateforme nécessite une certaine aptitude à se servir d’outils numériques, ainsi que les moyens financiers pour payer son trajet. Ces prérequis ne correspondent pas à la réalité de la plupart des PSH : de nombreuses études ont clairement identifié chez ces personnes à la fois un manque de compétences et un retard numérique, ainsi qu’un manque de moyens financiers relativement important par rapport à la moyenne de la population.


Une plateforme telle que Mon-Copilote.com peut aider les PSH à lutter contre l’isolement en leur permettant des déplacements dans des lieux difficilement accessibles. Mais l’isolement des PSH, présenté comme la conséquence du manque d’opportunités de déplacements, est également lié au manque de compétences numériques et au manque de moyens financiers. Certains voyageurs peuvent il est vrai trouver une solution grâce à cette plateforme, mais l’existence même de cette solution est aussi susceptible d’induire un ralentissement des efforts d’accessibilité mis en œuvre par les pouvoirs publics. Ces derniers peuvent en effet considérer les initiatives privées suffisantes pour résoudre les difficultés rencontrées par les PSH. 

Humaid.fr : le don charitable

Humaid.fr est une plateforme de crowdfunding qui permet aux PSH et à leurs proches (personnel médical inclus) de récolter de l’argent pour financer du matériel d’assistance ou des soins médicaux. Humaid.fr aide à financer des équipements (chaise roulante, équipement pour la maison, etc.) dont le financement n’est pris en charge ni par la sécurité sociale ni par les autres dispositifs nationaux. La plateforme agit en intermédiaire entre les bénéficiaires et les organisations/entreprises qui souhaitent apporter leur soutien aux PSH.

Cette plateforme relève que les barrières liées au handicap peuvent être rassemblées en trois groupes : les barrières liées à la communication, les barrières liées aux réseaux sociaux NON digitaux, et enfin les barrières liées à la signification symbolique du don charitable.

Humaid.fr amoindrit la force de certaines de ces barrières, d’abord en réduisant le poids de la honte à demander de l’argent en face à face, grâce à la distance créée numériquement entre le donneur et le demandeur. Humaid.fr aide également en procurant une aide à la rédaction des textes de présentation de la campagne de dons ; enfin, en centralisant les campagnes de dons sur une seule plateforme, alors mieux à même de devenir un acteur facilement identifiable par les donateurs.

Il apparaît dans cet exemple que les solutions offertes par la plateforme, de nouveau, soulagent un certain nombre de symptômes plus qu’elles ne réduisent, en profondeur et à long terme, les barrières liées au handicap dans notre société.

La pratique du don charitable place les PSH dans un état de vulnérabilité, de pauvreté voire dans une position d’« objets de pitié », de charité, plutôt que d’individus et citoyens libres et disposant de droits. Et pourquoi pas des mêmes droits que les autres ? Dans le cas d’Humaid.fr, le processus de don charitable reste identique à ce qu’il a toujours été, avec une différence: ce processus est aujourd’hui accompagné par des outils technologiques et des techniques de marketing modernes.

Le succès des campagnes dépend largement de l’importance et du dynamisme des relations sociales du demandeur avant le lancement de la campagne. En conséquence, les personnes qui souffrent déjà de l’isolement ont moins de probabilité de succès de leur campagne, ce qui renforce cette barrière de l’isolement social. Enfin, comme identifié avec Mon-Copilote.com, de telles initiatives privées sont susceptibles de retarder la prise en charge de ces besoins par les dispositifs publics de solidarité nationale

Plateformes digitales pour les PSH : quelles sont les prochaines étapes ?

 
Müge Ozman et Cédric Gossart l’admettent, la grande diversité des besoins des personnes en situation de handicap et la grande diversité des plateformes digitales en France font qu’il serait difficile de tirer des conclusions universelles de leur étude*. Nous -citoyens souhaitant contribuer à une société plus inclusive – pouvons néanmoins retirer de leur analyse un certain nombre d’enseignements. Ces plateformes, bien que ne permettant pas a priori de lever les barrières profondes à l’inclusion des PSH, doivent évidemment continuer d’exister et il faut les encourager. Mais les avancées liées aux nouvelles technologies, tout en ouvrant de nombreuses possibilités pour davantage d’inclusion sociale, peuvent aussi non intentionnellement créer ou renforcer d’autres barrières. Dans la construction des ISN il est donc important d’orienter nos efforts non seulement vers le soulagement des symptômes de l’exclusion, mais plus encore, vers la suppression de leurs causes.

* article complet disponible en anglais ici

Bio_M.Ozman