Thierry Marigny, Institut Mines-Télécom Business School 1986, Directeur Général Adjoint Sonatel au Sénégal

Diplômé de Institut Mines-Télécom Business School en 1986, Thierry Marigny est désormais le Directeur général adjoint Sénégal, de Sonatel Group. Après des expériences dans le Conseil, il a occupé plusieurs fonctions opérationnelles en particulier de Directeur Marketing et Ventes de Mobistar, Directeur Général Adjoint de l’opérateur mobile Cellis (Liban), fondateur et Directeur Général de la start-up Cityneo (2001) et Directeur Général d’Orange Tunisie (2009). Dernièrement il était le Directeur de la Marque Orange (2012).

Diplômé de Institut Mines-Télécom Business School (promo 1986) et de l’Université Paris Dauphine, Thierry Marigny est devenu DGA de Sonatel au Sénégal après avoir dirigé la Marque Orange.

Pourquoi avez vous choisi de suivre vos études à Institut Mines-Télécom Business School (à l'époque INT) ?

Le monde de l’informatique explosait, alors que le monde des réseaux balbutiait. Dans les médias, des signaux faibles montraient cependant que les télécommunications seraient alors la prochaine grande révolution, et l’approche double compétence de Télécole de Management me semblait pertinente, et correspondait bien à mes aspirations et à mes qualités.

Quels souvenirs gardez-vous de votre passage sur le campus ?

De très bons souvenirs : nous étions une petite promotion, une des premières, et donc nous nous connaissions très bien. Nous étions chouchoutés par l’Ecole, avec une grande proximité entre l’administratif, les professeurs et les élèves. Nous construisions le programme presque ensemble. C’était également un peu expérimental quelquefois ! Mais les équipements étaient beaucoup moins impressionnants qu’aujourd’hui.

Dans le cadre de votre carrière, quelle est la chose la plus importante que vous a apprise l'Ecole?

 Je pense que Institut Mines-Télécom Business School se situe idéalement dans la formation initiale de jeunes étudiants. Ce qui m’a vraiment servi, c’est cette ouverture très large vers les technologies de l’information et leur compréhension, alliée à une connaissance pointue de la gestion et du business en général. Comme j’ai eu la chance de pouvoir travailler dans mon secteur, les télécoms, cela a été un atout indéniable. Je savais parler aux techniciens, et je pouvais leur être utile grâce ce que j’avais pu apprendre en marketing, finances, économie, etc dans un monde qui se complexifiait et avait besoin de ce type de profils.

Après avoir dirigé la marque de Orange, vous prenez la direction générale adjointe de Sonatel au Sénégal. Pourquoi cette évolution importante ?

J’ai eu un parcours varié entre opérationnel et stratégique. Cela a toujours été structurant pour moi, car l’un se nourrit l’un de l’autre. J’ai commencé comme consultant en marketing stratégique, mais j’ai également fait des tâches très opérationnelles chez l’opérateur. Je pense qu’il faut savoir bouger dans l’entreprise, savoir se mettre en danger, et refuser l’étiquette que les RH veulent vous mettre sur la tête par facilité. Après avoir lancer Orange en Tunisie, je me suis donc trouver à gérer la Marque Orange dans le monde entier. C’était passionnant, très fin et rationalisant tout ce que je pensais d’une manière intuitive sur l’expérience client. J’ai eu l’honneur de lancer l’évolution de la marque Orange, qui est une icône en tant que Marque et qui n’avait pas évolué pensant 20 ans ! J’en suis sorti changé, ayant compris le lien entre le client et la Marque, et le rôle actuel que le digital peut avoir dans cette relation.

C’est cette nouvelle vision que j’ai eu envie de ré-apporter sur le terrain, au Sénégal, au sein de Sonatel. Cette évolution a donc beaucoup de sens pour moi,  car Sonatel est à une étape importante de son développement qui passe par une digitalisation de ses processes et de son expérience client.

Quelles sont vos missions aux côtés du Directeur Général, lui aussi diplômé Institut Mines-Télécom Business School ?

Oui, Alioune Ndiaye est également diplômé Institut Mines-Télécom Business School ! C’est sans doute un élément qui nous permet de communiquer plus simplement, car le référentiel de base doit être commun, même si nous n’en avons jamais parlé. Le Groupe Sonatel est l’opérateur phare de l’Afrique sub-saharienne, et opère au Sénégal, au Mali, en Guinée et en Guinée-Bissau. Notre objectif est de continuer notre expansion, et de maintenir notre leadership sur un marché de plus en plus concurrentiel.

Quels sont les enjeux économiques, industriels et responsables pour Sonatel ?

La zone est en croissance et en plein développement. Il y a donc des opportunités fortes dans des domaines novateurs comme le Mobile Money, le Cloud, les contenus mais également la 4G, la fibre, la TVO, pour lesquelles Orange peut être l’acteur de référence si elle sait investir à bon escient et au bon moment. Au niveau sociétal, la Sonatel est un modèle en la matière au Sénégal. Elle a beaucoup investit dans ce domaine depuis plus de 10 ans, en particulier dans la préservation de l’environnement, et dans le développement de l’économie numérique.

Partager l'article