« En tant qu’apprentie, mon équipe m’a considérée dès le début comme une collaboratrice à part entière. »

Sophie Thenot, diplômée 2012, majeure marketing Digital en apprentissage

Chargée webmarketing chez Hapsis après son apprentissage chez IBM

Diplômée de Institut Mines-Télécom Business School en 2012, Sophie Thenot est désormais Chargée Webmarketing chez Hapsis. Elle a pu effectuer sa majeure Marketing Digital en alternance chez IBM. Elle a notamment exécuté des missions en tant que chef de projet webmarketing et événementiel dans la branche service d’IBM france. Elle exerce désormais en tant que Chargée Webmarketing chez Hapsis.

Vous avez suivi la majeure ‘Marketing Numérique’ par apprentissage chez IBM. L’alternance était-elle simple à vivre entre les cours et les exigences d’une véritable mission en entreprise ?

L’alternance exige une très grande organisation et beaucoup de rigueur dans son travail. J’ai intégré IBM en 2011 en tant que chef de projet marketing et événementiel dans la branche Service d’IBM France. Les trois semaines en entreprise étaient très chargées et intenses. Je me devais d’être professionnelle et mes impératifs d’ordre « scolaire » ne devaient pas interférer dans mon travail. La frontière entre les cours et le travail n’est pas toujours visible, et il m’arrivait parfois de devoir suivre des dossiers pour IBM lorsque j’étais en cours. De la même façon, en entreprise, j’ai été amené à gérer plusieurs projets simultanément, ce qui nécessite une bonne organisation et de savoir prioriser ses tâches dans un environnement dynamique et international afin de ne pas être dépassé par les événements.

L’alternance n’est donc pas simple à vivre car le rythme est intense, mais c’est un véritable challenge, une expérience très enrichissante et un premier pas dans la vie active.

Après une expérience très complète au travers de stages en PME, start-up, très grandes entreprises, qu’apporte de plus l’apprentissage ?

A la différence de mes précédents stages, l’apprentissage m’a permis de m’immerger en profondeur dans une entreprise durant un an. C’était vraiment enrichissant, tant sur le plan humain que professionnel. Mon équipe m’a considérée dès le début comme une collaboratrice à part entière en m’impliquant dès le début aux réunions. Grâce à la confiance que nous avons réussi à établir, mes supérieurs hiérarchiques m’ont très rapidement laissé une grande autonomie au quotidien et davantage de responsabilités, ce qui m’a permis de suivre plusieurs projets sur le long terme que ce soit le pilotage d’événements, la gestion de projet social media, la refonte de certaines pages web, etc…

Ces différentes missions m’ont confrontée à plusieurs challenges tels que la gestion des priorités et la capacité d’adaptation et d’autogestion. J’ai aussi dû  redoubler d’effort pour être forte de proposition et prendre des initiatives quand il le fallait.  Grâce à l’apprentissage, j’ai donc pu apprendre à prendre en charge et leader un projet de bout en bout et j’ai appris au cours de l’année à faire le lien entre les besoins opérationnels et les besoins métier, ce qui n’est pas toujours appréhendable lors de courtes expériences professionnelles.

Rappelez-vous vos entretiens d’embauche ! Votre année en apprentissage a-t-elle suscité de l’intérêt auprès des recruteurs ?

Effectivement, l’apprentissage est très appréciable pour un recruteur. Pendant les entretiens, les recruteurs m’ont souvent posé ces questions « Comment réagissez-vous face au stress », « savez-vous travailler sur plusieurs projets en même temps ? ». Ils veulent être rassurés sur notre aptitude à gérer plusieurs de leurs projets en même temps dans des situations parfois stressantes. Mon année d’apprentissage chez IBM m’a permis de leur prouver que j’étais habituée à gérer plusieurs projets simultanément, entre les exigences de l’école et celles de l’entreprise. Vivre cette année en apprentissage m’a ainsi habituée à travailler dans des situations parfois stressantes. Cela a donc constitué une vraie plus-value pour mon recruteur.

Vous avez intégré Hapsis (www.hapsis.fr), spécialiste reconnu de la sécurité des systèmes d’information et qui compte de très grands groupes dans ses clients et références. Que peut apporter le Marketing Numérique ?

Lorsque j’ai déposé mon CV sur Monster et divers réseaux sociaux en vue de trouver un emploi, j’ai été contacté spontanément par plusieurs sociétés. Parmi ces appels, il y a eu celui la responsable des ressources humaines chez Hapsis. Mon CV avait retenu son attention car j’avais à la fois une expérience dans le domaine informatique mais aussi une formation en marketing numérique.

Hapsis, société de conseil en sécurité informatique, souhaite aujourd’hui développer une stratégie de « social selling » afin d’être présent dans les premières étapes du processus d’achat d’un client. En tant que chargée webmarketing, j’utilise donc tous les leviers du marketing numérique (médias sociaux, site web, référencement naturel et payant, campagne emailing) afin d’entretenir un contact constant avec nos clients et de permettre à l’entreprise de générer des contacts les plus qualifiés possibles au regard de nos offres. 

Le conseil d’une diplômée 2012 aux suivant(e)s ?

Ce que j’ai retenu lors de mes recherches d’emploi, c’est que j’étais malheureusement loin d’être la seule à vouloir travailler dans le monde du marketing numérique. Lorsque j’ai cherché une école de commerce en 2009, Institut Mines-Télécom Business School était une des seules à avoir ce positionnement orienté nouvelles technologies. Mais aujourd’hui de plus en plus d’écoles forment des étudiants à ces nouveaux métiers.

Pour se différencier, il faut donc tout miser sur l’enrichissement de son expérience professionnelle. Faire le plus de stages possible (en 1ère et 2ème année), suivre une année en apprentissage, mais aussi participer à la vie associative du campus.

Enfin, le choix du sujet de thèse professionnelle est également très important. La rédaction de ma thèse qui portait sur les métriques autour des médias sociaux a été vraiment très bénéfique dans mes recherches. Elle m’a permis de me créer un réseau de professionnels dans ce secteur. J’ai en effet rencontré dans le cadre de ma thèse, une quinzaine de community managers et plusieurs spécialistes dans le domaine (chercheur, écrivain spécialisé, etc…). Elle m’a également donné l’opportunité de développer mes connaissances et compétences en matière de social media. Enfin, ma thèse professionnelle m’a permis de prouver aux recruteurs que j’avais un véritable intérêt pour les réseaux sociaux.

Dernier conseil, développez votre présence sur les réseaux professionnels (LinkedIn, Viadéo).

Veillez à ce que votre profil soit le plus complet possible et actualisez-le régulièrement lorsque vous êtes en recherche d’emploi. Cela vous permettra de faire remonter votre profil dans les moteurs de recherche et donc d’accroître votre visibilité. Enfin construisez-vous un réseau sur Twitter, particulièrement si vous voulez travailler dans le web marketing, il est toujours bon de faire de la veille sur ce réseau et de créer un dialogue avec les différentes personnes influentes dans le monde du web marketing. Personnellement, une entreprise m’avait contactée suite à la consultation de mon compte Twitter et de mon site web. Tous les moyens sont bons pour se faire remarquer sur le web !

En savoir plus sur Hapsis: www.hapsis.fr

Partager l'article