samuel profumo

Samuel Profumo (Promo 2005)

Directeur de la gestion des données

Titulaire d’un master en management stratégique de l’Institut Mines-Télécom Business School en 2005, il commence sa carrière à la régie publicitaire du Figaro en tant que chargé d’études médias avant de prendre la direction des opérations et de la gestion des revenus. Il y pilotera également la transformation digitale. Au cours des quatre dernières années il a constitué et fait évoluer une équipe Data pluridisciplinaire dédiée à la création et l’implémentation de nouveaux modèles d’utilisation des données pour les trois activités du Groupe Figaro : l’Édition, le Commerce et la Publicité.

Pourquoi avez-vous choisi Institut Mines-Télécom Business School ?

Passionné par les nouvelles technologies, j’ai toujours eu un goût très prononcé pour l’univers des technologies de l’information. Mes premiers contacts avec l’informatique et Internet m’ont d’emblée ouvert des perspectives que je trouve extraordinaires : le contact avec les quatre coins du monde, l’information en temps réel, les programmes capables de simplifier le quotidien, la numérisation des contenus… Lors des oraux à l’école, les premiers échanges avec les étudiants du Bureau Des Elèves chargés de l’accueil des admissibles, m’ont permis de valider la convergence de ses centres d’intérêts avec les enseignements de l’école.  Le principal avantage réside dans l’expertise du corps enseignant et la proximité avec les étudiants ingénieurs. Les autres écoles de management ne disposent pas d’une telle richesse, et c’est ce point qui m’a le plus séduit. Le rattachement de l’école au Ministère de l’Industrie a également pesé dans ma décision finale, car il constitue un gage de moyens importants, et des frais de scolarité attractifs assurant la mixité des profils.

En quelle année avez-vous eu votre diplôme?

En 2005, après avoir terminé la majeure Stratégie.

Quelle filière avez-vous suivi à Institut Mines-Télécom Business School?

La majeure Stratégie en alternance s’est imposée naturellement. Peu attiré par les formations finance ou marketing, j’ai été séduit par la possibilité d’intégrer une entreprise tout en continuant ma formation à Institut Mines-Télécom Business School. La possibilité de lier pratique et théorie, de bénéficier des retours des enseignants et des autres étudiants sur les cas rencontrés en entreprise, et de donner corps aux enseignements reçus sur le terrain, constituent un excellent point de départ pour la vie d’un manager dans l’entreprise.

Comment êtes-vous arrivé à votre poste chez Figaro Médias?

Ayant toujours souhaité travailler dans les médias, je me suis tourné vers les sites internet de la presse quotidienne pour effectuer mon stage de 6 mois en alternance. Mon profil a retenu l’intérêt de la Direction Marketing de la régie publicitaire de Figaro Médias qui m’a accueilli en stage, et à la suite duquel j’ai été embauché. J’ai ensuite successivement rempli les missions de Chargé d’études, Chargé d’administration des ventes, Directeur des Opérations puis directeur de la gestion des données. Par la suite j’ai intégré RTBF à ce même poste.

En quoi consiste votre job?

Ma mission concerne le pilotage de l’activité commerciale de la régie, de la construction budgétaire annuelle au suivi hebdomadaire. Dans ce cadre, je pilote les développements de l’ensemble des outils métiers de la régie, et je supervise l’activité des équipes sur les fonctions transverses de planning, trafic et facturation. La formation reçue à Institut Mines-Télécom Business School m’a souvent permis d’apporter une contribution positive, notamment sur les aspects technologiques.

Institut Mines-Télécom Business School vous a-t-elle appris des choses qui vous sont utiles aujourd'hui?

Institut Mines-Télécom Business School a été une formation très enrichissante, notamment sur les aspects technologiques des métiers de la communication. Les bases de données, la business intelligence, les technologies web… sont des connaissances qui permettent de faire la différence en entreprise. Dans le cas de Figaro Médias, nous avons connu une véritable révolution numérique ces dernières années et tous ces thèmes ont été au cœur de notre stratégie d’entreprise.

A votre avis, quel est l'avenir des médias traditionnels face à la croissance de la presse digitale ? Le papier va-t-il disparaître?

Aujourd’hui, la publicité en ligne connaît une croissance phénoménale, qui accompagne la révolution des usages. Pour autant, je ne crois pas à la disparition du papier. Si internet peut être considéré comme un « méta media » permettant la diffusion et l’interactivité pour tous les autres médias, il ne me semble pas pertinent d’enterrer les médias traditionnels, qui doivent simplement trouver leurs marques dans ce nouvel écosystème. Ainsi par exemple le papier est encore le média de prédilection de nombre de dirigeants pour l’information quotidienne, et le média magazine se porte très bien car il permet une lecture déconnectée, confortable et synonyme de détente et de recul. Les quotidiens comme Le Figaro ont d’ores et déjà probablement effectuée l’essentiel de cette transition. D’autres médias comme les télévisions devront également rapidement se réinventer face à l’avènement de la télévision connectée.

Gardez-vous un souvenir en particulier de votre passage à Institut Mines-Télécom Business School ?

Mes meilleurs souvenirs de l’école, ce sont les amitiés que j’y ai nouées. Les associations nombreuses permettent de développer des relations très fortes avec les autres élèves. L’un de mes meilleurs souvenirs est d’avoir participé à la campagne BDE, qui est une période intense ou chaque étudiant candidat donne le meilleur pour démarcher, organiser et convaincre !

Aujourd'hui, pensez-vous que "Managing Through Technology" soit une devise pertinente pour une business school?

Je retrouve effectivement dans cette devise les forces de Institut Mines-Télécom Business School. Au même titre que la maîtrise de la langue anglaise est une nécessité pour les dirigeants, l’aisance avec les technologies de l’information devient une condition essentielle de la réussite des managers dans leurs missions.

Partager l'article