[halshs-01241449] Approches fonctionnelles de la structuration des textes. Présentation du numéro

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Ce numéro rassemble une sélection d’articles présentés lors de la première conférence LPTS (Linguistic and Psycholinguistic approaches to Text Structuring) qui s’est tenue à l’École normale supérieure (Ulm, Paris) du 21 au 23 septembre 2009, conférence organisée en clôture du projet ANR Spatial Framing Adverbials1. Nous avons amené au cœur des thèmes de la conférence une série de questions sur les marqueurs de structuration du discours (adverbiaux, connecteurs, particules énonciatives, etc.). Comment catégoriser ces marqueurs ? Quels types de relations expriment-ils ? Peuvent-ils cumuler plusieurs fonctions dans la phrase et dans le discours et, si oui, lesquelles2 ? On peut encore s’interroger sur les variations d’usage selon les genres de discours et entre l’écrit et l’oral (cf. Swales, 1990 ; Carter-Thomas, 2010), ainsi que sur l’impact de ces marqueurs sur la compréhension (cf. Costermans et Bestgen, 1991 ; Tapiero, 1997 ; Degand, Lefevre et Bestgen, 1999 ; Bestgen et Vonk, 2000 ; Piérard et Bestgen, 2008). Plus spécifiquement, au cœur de la réflexion étaient les questions portant sur les relations entre la position de ces marqueurs et leur capacité à jouer un rôle dans l’organisation du discours. Ces marqueurs ont une affinité particulière avec la zone préverbale, qui est une position stratégique à plusieurs points de vue : informationnel, mémoriel, organisationnel. Mais ces facteurs peuvent-ils l’emporter sur les contraintes d’ordre des mots propres à chaque langue ? De nombreux travaux ont étayé l’hypothèse selon laquelle la position initiale joue un rôle stratégique dans l’organisation du discours (Halliday et Hasan, 1976 ; Thompson, 1985 ; Quirk et al., 1985 ; Downing, 1991 ; Virtanen, 1992 ; Prideaux et Hogan, 1993 ; Sinclair, 1993 ; Halliday, 1994 ; Charolles, 1997)3 ; mais d’autres l’ont remise en cause (Crompton, 2006), de sorte que le débat reste ouvert.