[hal-02471014] L’identification biométrique : vers un nouveau contrôle social ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
La biométrie se définit aujourd’hui comme la possibilité d’identifier sur la base de critères purement techniques un individu dans une masse et dans des flux. Elle est indissociable du processus d’informatisation de la société et de l’impératif de traçabilité (des signes, des choses et aujourd’hui des êtres vivants) qu’impose le recouvrement du monde réel par son image numérique contrôlée et contrôlable. Le déploiement des dispositifs d’identification biométrique illustre ainsi la convergence qui s’opère entre la logique étatique du contrôle à distance et la logique propre au Macro-Système-Technique. Telle est la première thèse défendue dans cet article qui interroge ensuite le type de contrôle et de pouvoir induit par ces nouvelles modalités. La thèse d’un nouveau contrôle social est discutée depuis les données empiriques recueillies auprès des premiers usagers de ces dispositifs et son déterminisme est mis en cause. Le contrôle social automatisé, qui épouse les contours du Macro-Système-Technique, mime les mouvements de la société réelle plus qu’il ne les contrôle. En cela réside sa limite.