[hal-01253758] Le financement du programme de rattrapage des télécommunications en France (1967-1981)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
La pénurie qui règne en France en matière d’équipement téléphonique au milieu des années 1960 contraste avec la performance technique de ses chercheurs dans le même domaine. La résolution de cette anomalie passe par la création d’organismes spécifiques de financement du rattrapage : la Caisse nationale des télécommunications en 1967, quatre sociétés de financement des télécommunications à partir de 1969, puis une nouvelle société de financement, Francetel, en 1975. À travers ces moyens de financement, l’administration fait largement appel au marché financier intérieur – en plein essor à l’époque – ainsi qu’aux marchés internationaux pour financer le développement du réseau téléphonique français. Le téléphone à l’époque est une activité rentable bénéficiant d’un monopole sur un marché avec une forte demande latente et s’appuyant sur un outil de production offrant des gains de productivité importants. Le développement des télécommunications françaises se finance ainsi d’abord à travers les recettes actuelles et en anticipant ensuite par l’emprunt les recettes futures. Nous examinerons d’abord la situation à redresser, puis la création de la CNT et enfin celles des sociétés de financement et de Francetel.