Consultez les résultats BCE en cliquant ici

logo IMT-BS

Comment construire une tech stack efficace et cohérente ?

La « tech stack » ou stack technique désigne, au sens large, l’ensemble des technologies permettant de faire fonctionner un process dans une entreprise.

A l’origine, la tech stack était une notion utilisée par les développeurs pour renvoyer à l’environnement technique d’un logiciel. Cette définition est toujours valable. En effet, si vous vous demandez si vous allez utiliser Hotwire avec Ruby On Rails pour votre appli web, vous êtes typiquement dans ce cas de figure.

Mais, de façon plus globale, les besoins métiers en entreprise évoluent, faisant naître de nouveaux besoins techniques pour automatiser les process, gagner en temps et en efficacité. Pour y répondre, les DSI doivent pouvoir mettre en place des tech stacks cohérentes et efficaces, ce qui exige une excellente connaissance des technologies mais aussi des enjeux managériaux.

 

Quels sont les risques d’une stack technique mal construite ?

La transformation digitale est source d’opportunités pour les entreprises. Elle apparaît aujourd’hui comme un moyen de gagner en efficacité et en compétitivité. A condition évidemment d’en maîtriser tous les enjeux.

Il est clair que réussir sa transformation digitale, c’est se doter des bons outils. Les différents métiers de l’entreprise émettent des demandes spécifiques en ce sens. 

Au carrefour des besoins métiers, le DSI opère comme un chef d’orchestre. Non seulement il est l’interlocuteur des services mais il est aussi le garant de l’écosystème de données de l’entreprise.

Par conséquent, la construction d’une stack tech ne consiste pas à empiler les outils au service des métiers. Elle consiste surtout à créer un ensemble cohérent qui garantira une circulation et une utilisation optimale des données et des process plus efficaces.

Une stack non réfléchie en amont présente de nombreux risques pour l’entreprise :

  • Une multiplicité des outils qui risque de diluer l’information et de nuire à l’efficacité des équipes (pertes de temps, difficulté d’accéder aux bonnes informations, …)
  • Des coûts additionnels liés à des outil inutiles et redondants
  • Des risques de sécurité en raison d’une plus grande surface d’exposition des données

 

Comment composer une tech stack ?

Maîtriser l’architecture SI

Pour définir une stack tech cohérente, le spécialiste SI doit avoir une bonne compréhension des systèmes d’information et de la manière dont les données y circulent. 

Son rôle consiste à apporter une valeur ajoutée aux différents services pour répondre aux enjeux stratégiques de l’entreprise. Mais il doit toujours être vigilant pour maintenir la cohérence de l’architecture SI. 

En particulier, il doit se questionner sur les meilleurs moyens de recueillir et valoriser les données. Comment apporter des données de qualité aux utilisateurs métiers pour répondre à des cas d’usage tout en conservant un fonctionnement optimal du système d’information.

Comprendre les problématiques et besoins métiers

Les compétences techniques sont nécessaires pour maîtriser les langages, les composantes des différents outils ou encore la maintenance des systèmes d’information. Mais elles ne sont pas suffisantes pour créer une stack efficace.

En effet, le manager SI est à la croisée entre les demandes des métiers. Chaque service de l’entreprise veut fluidifier ses process, automatiser, gagner en efficacité. La DSI est impliquée dans le choix ou la conception des applis métier.

Pour cela, maîtriser les technologies est nécessaire mais pas suffisant. Vous devez aussi comprendre les enjeux métiers du marketing, des RH, de la finance… pour leur apporter des réponses adéquates.

Réaliser les arbitrages et assurer la cohérence du SI

Avec la transformation digitale, la DSI devient un centre de profits car ses choix ont un impact :

  • en interne (accélération des process, synergies entre les services, innovation)
  • sur l’externe (optimisation des parcours clients, aide à la décision, …)

De fait, la DSI est donc désormais impliquée dans les décisions stratégiques de l’entreprise. Les dirigeants la consultent sur les arbitrages à faire entre les demandes des différents services. Sur le choix des outils, la DSI fait partie du processus de décision et d’implémentation. 

Elle intervient à la fois sur les considérations techniques mais aussi sur les décisions liées au coût des solutions. Elle tient compte des enjeux de sécurité, de gouvernance des données mais aussi des enjeux éthiques et de la durabilité des solutions choisies.

Construire une tech stack dépasse de loin les seuls enjeux techniques. Le spécialiste SI doit avoir une vision à 360° des enjeux SI pour faire les bons choix.

Par conséquent, dans un contexte de digitalisation croissante, une formation initiale purement technique ne suffit pas. Pour évoluer vers des postes de manager SI, la double compétence technique et managériale est désormais incontournable.

Le MS CMSI de IMT-BS place justement cette double compétence au cœur de la formation. Vous voulez en savoir plus ? Découvrez la brochure de notre programme.